Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En 1967, Bruno Bettelheim, avec son livre La forteresse vide, expose une théorie psychanalytique d'explication de l'autisme. Il compare le vécu des enfants autistes à celui des prisonniers des camps de concentration. Ces derniers, suite à d'atroces souffrances, se sont repliés sur eux-mêmes et semblent ne plus réagir aux stimulations extérieures. Ainsi Bettelheim considère que l'enfant autiste a reçu en message inconscient de sa mère le souhait qu'il n'existe pas. Il explique : "je soutiens que le facteur qui précipite l’enfant dans l’autisme infantile est le désir de ses parents qu’il n’existe pas". Pour traiter cette pathologie, il propose d'éloigner les enfants de leur environnement nocif, et notamment de leurs "mères frigidaires". "Si un milieu néfaste peut conduire à la destruction de la personnalité, il doit être possible de reconstruire la personnalité grâce à un milieu particulièrement favorable." Cependant, il n'obtient pas de résultat notable dans son centre de soins, malgré sa prétention d'avoir guéri des dizaines d'enfants autistes. Bien que ses propos aient été discrédités dans de nombreux pays, Bruno Bettelheim reste encore une figure respectée en France, où de nombreux psychanalystes continuent de penser que les parents ont leur part de responsabilité dans la pathologie de leur enfant autiste.

Qu'en dit la Haute Autorité de Santé (HAS) ?

Concernant les techniques psychanalytiques appliquées à l'autisme :

"L’absence de données sur leur efficacité et la divergence des avis exprimés ne permettent pas de conclure à la pertinence des interventions fondées sur les approches psychanalytiques et la psychothérapie institutionnelle."

Concernant le packing (enveloppement dans des draps humides et froids):

"En l’absence de données relatives à son efficacité ou à sa sécurité, du fait des questions éthiques soulevées par cette pratique et de l’indécision des experts en raison d’une extrême divergence de leurs avis, il n’est pas possible de conclure à la pertinence d’éventuelles indications des enveloppements corporels humides (dits packing), même restreintes à un recours ultime et exceptionnel. En dehors de protocoles de recherche autorisés respectant la totalité des conditions définies par le Haut Conseil de la santé publique (HCSP), la HAS et l’Anesm sont formellement opposées à l’utilisation de cette pratique."

Pour plus d'informations, voir l'article complet.

Une vidéo du packing est visible ci-dessous.

Cependant les psychanalystes continuent de défendre l'efficacité de leurs théories dans le traitement de l'autisme, et regrettent le rejet massif de leurs méthodes thérapeutiques :

"A l'origine, l’autisme a été créé au sein de la psychanalyse et il se retourne actuellement contre elle, avec des moyens puissants, dans l’université, la médecine, les sciences, la politique. L’autisme est le symptôme de ce retournement. Le mot porte en lui-même les germes de cette symptomatologie car il est formé à partir du raccourcissement du mot autoérotisme, une négation de sa part sexuelle. Il devient un vocable qui sonne bien, facile à utiliser. Appliqué aux enfants ce mot a fait accepter la notion de psychose infantile par les psychanalystes puis il s’est imposé chez leurs adversaires comme désignant un syndrome neurologique. Ensuite il a occupé toute la place, faisant disparaître les psychoses d’abord dans l’ensemble des TED (troubles envahissants du développement), puis dans le continuum des TSA (troubles du spectre autistique) qui sont les dénominations retenues dans les nomenclatures officielles, DSM IV,CIM 10. L’autisme est l’étendard d’un mouvement regroupant les cognitivistes, comportementalistes, neuroscientifiques et les parents d’enfants autistes qui peuvent eux-mêmes être chercheurs, psychologues ou psychiatres. Ce mouvement se déclare clairement opposé à la psychanalyse, il prend le mot « autisme » comme étendard, comme monument ou comme fétiche pour faire d’une pathologie psychotique un handicap (dont l’origine n’est pas encore prouvée)." Voir l'article complet L'autisme, symptôme de l'antipsychanalyse ?

La psychanalyse est en effet fortement remise en question et violemment critiquée en matière d'autisme.

Le film "Le Mur", de Sophie Robert, sur la psychanalyse, en collaboration avec l'association Autistes sans Frontières, a été projeté le 7 septembre 2012 à Paris : dans ce documentaire, onze professionnels de la santé en charge d'institutions ou services de pédopsychiatrie, tous psychanalystes, decrivent les causes de l'autisme et son traitement par la psychanalyse.

"On retient essentiellement que pour eux l'autisme est une psychose, due à la mère trop froide, ou trop chaude, trop dans le vide relationnel, et au père qui n'a pas su s'interposer entre la mère et l'enfant. Le traitement consiste à attendre que l'enfant sorte de son monde dans lequel il s'y est réfugié. Ce documentaire a choqué énormément de parents, qui se sont unis pour qu'il soit diffusé le plus possible, dans les medias ou autres évènements." (Site web Autiste en France)

Trois psychanalystes témoignant dans ce film ont saisi la justice, le documentaire a été censuré, et Sophie Robert est actuellement en procès. Pour plus d'informations sur l'historique du film, cliquer ici.

Actuellement les enfants autistes sont toujours, pour la grande majorité, dirigés vers des hôpitaux à orientation psychanalytique, où leur prise en charge est financée par l'Etat. Cependant des collectifs de parents se plaignent que leurs enfants n'évoluent pas et ne soient pas éduqués par des méthodes appropriées, pourtant mises en oeuvre avec efficacité dans d'autres pays. La psychanalyse ne semble pas à elle seule répondre aux besoins des enfants autistes. Les familles qui ne souhaitent pas mettre leurs enfants dans des centres à orientation psychanalytique n'ont d'autres choix que de s'exhiler ou de trouver des solutions de leurs côtés, ce qui a pour conséquence l'épuisement physique et moral des parents. Les enfants doivent être gardés à la maison, ou bien les parents doivent faire appel, à leurs frais, à des associations ou à des intervenants spécialisés, trop rares en France et extrêmement onéreux. Beaucoup de familles sont épuisées de se battre face à un gouvernement qui ne semble pas les entendre et qui ne propose aucune solution concrète répondant à leurs demandes.

Si la France souhaite garder une prise en charge psychanalytique des enfants autistes, pourquoi pas ? Mais il serait normal que les parents puissent avoir le choix pour leurs enfants, et que le gouvernement investisse également dans des centres proposant des approches éducatives reconnues comme efficaces dans le domaine de l'autisme.

Voir l'article de Gunilla Gerland : Il est bien temps ! L'autisme et le psychanalyse.

Le film "Le Mur" censuré, voir les vidéos bonus et extraits ci-dessous ou cliquer sur plus d'informations.

Extraits du film "Le Mur"

Le Magazine de la Santé

Bonus du film Le Mur

Bonus partie 2 du film Le Mur

Tag(s) : #Autisme, #Syndrome d'Asperger, #Vidéos, #Liens, #Des pistes

Partager cet article

Repost 0