Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Témoignage de Patricia, adulte Aspie récemment diagnostiquée

Je me nomme Patricia et j’ai 45 ans et j’habite le Québec.

J’aimerais vous résumer mon parcours en tant que personne vivant avec le syndrome d’Asperger. Je ne suis pas un génie, ni une savante folle, mais je suis différente de l’autre. Je suis la seule passagère du train de la vie ; les autres je les observe de mon intérieur et ce depuis mon enfance. Le monde pour moi a toujours été le reflet de ce que je vois de ma fenêtre intérieure. Enfant, je me revois jouer seule et regarder le ciel tout en secouant mes petites mains et en ne sachant pas le but ; peut-être était-ce de vouloir voler dans le ciel ? Parfois, il m’arrivait de jouer de longues heures avec de petits objets, sans me soucier de l’autre. Ma mère me disait que j’aimais bien les chandelles et que pour manger je devais avoir des chandelles sur ma table, sinon je ne mangeais pas.

La routine c’est mon chemin ; elle me permet de me repérer dans mon existence et de savoir que je suis là.

De plus, j’ai aussi des rigidités alimentaires : je dois toujours avoir les mêmes choses dans mon assiette, sinon c’est la catastrophe et cela m’amène dans un état de déséquilibre intérieur, et ce pour le restant de ma journée à vivre dans une anxiété constante de se sentir perdue sur son chemin.

Le toucher me fait si mal ; une sorte d’agression qui fait jaillir en moi des petites bulles de verres qui éclatent sous ma peau si fragile.

La luminosité est très irritante aussi; je vis souvent avec les rideaux fermés, ou bien je cours vers les endroit sombres pour décompresser ; car trop de lumière me fait mal aux yeux et cela m’agresse, d’ailleurs je n’ai jamais aimé aussi la couleur jaune cette couleur qui m’agresse au plus haut point. Je porte souvent mes lunettes de soleil. Evidemment, ces troubles sensoriels me limitent dans mon quotidien, car je dois me battre continuellement, pour rester dans mon chemin, afin de ne pas me perdre.

Les endroits publics sont très difficiles, sauf dans les magasins où l’objet a bien plus d’importance : je ne ressens plus personne autour de moi, et si j’entends le craquement d’un sac en papier ou plastique à coté de moi, c’est comme si mes oreille se mettaient à pleurer car la fréquence est trop déchirante pour elles.

J’aimerais aussi vous mentionner qu’à ma naissance jusqu'à 1 ans j’ai refusée l’alimentation solide ; je ne buvais que du lait, or en bas âge j’ai développé une forme d’anémie ; c’était le début d’un chemin perturbé…Mon diagnostic à été posé il y a 4 semaines.

J’aurais aimé vous expliquer mon intérieur plus longuement, mais je sais que je ne suis pas la seule.

Patricia

Tag(s) : #Témoignages

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :