Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hier, le 25 novembre, Valentin donnait une conférence sur le syndrome d'Asperger au CHU Montperrin à Aix-en-Provence pour l'association FAVIE du pédopsychiatre Bruno GEPNER.

Valentin explique :

A propos du diagnostic :

"J'ai eu connaissance du syndrome d'Asperger grâce à mon frère, dont les troubles étaient si importants qu'il risquait une déscolarisation. En ce qui me concerne, j'étais bizarre, mais ça passait au niveau scolaire. Mon frère a donc été diagnostiqué, et je l'ai été avec lui ! J'étais alors au lycée. Seulement voilà, au début, je refusais ce diagnostic, je me disais que j'étais normal, je voulais être comme tout le monde et être accepté socialement. C'était le problème de mon frère mais je n'étais pas comme lui, je ne me sentais pas concerné ! Pour paraître normal, j'ai donc continué à copier des comportements, des attitudes, des façons d'être et de faire. Je cherchais des conseils sur internet et je les appliquais, mais ce n'était jamais adapté à la situation. C'est un piège. Refuser le diagnostic de syndrome d'Asperger est dangereux. On attrape des bribes d'identité à l'extérieur mais on ne se trouve pas soi-même. J'ai donc mis un certain temps mais j'ai fini par accepter ma différence."

A propos de la vie étudiante :

"Je suis actuellement étudiant en urbanisme dans une université à Paris. Je ne peux pas dire que ma vie étudiante ressemble à celle des autres étudiants, en dehors du fait que je vais en cours et je fais les travaux demandés. Seulement voilà. Pour moi, il y a trop de conformisme et de rigidité. Est-ce qu'on est réellement mauvais si on n'arrive pas à faire un plan en 3 parties avec introduction et conclusion ? Certains professeurs acceptent ma manière de travailler. Pour d'autres, c'est plus difficile. J'ai des relations cordiales avec les autres étudiants mais je ne fais pas de sorties comme eux. Je rentre chez moi et je me plonge dans mes études ou mes intérêts personnels. Il y a également beaucoup de choses à faire à Paris, et j'aime visiter et découvrir. Josef Schovanec aimerait que les bibliothèques soient ouvertes bien plus longtemps. En ce qui me concerne, j'aimerais que ce soit le métro. Je suis passionné par le métro de Paris. Je connais bien toutes les lignes et l'histoire de chaque station. Dans le métro je suis dans un univers que je contrôle et je me sens donc à l'aise. J'aimerais qu'il reste ouvert la nuit pour y passer plus de temps !"

Plus d'informations sur Valentin Mérou, voir l'article Quand autisme rime avec talent.

Témoignage de Valentin, extraits de la conférence du 25/11/13 : diagnostic et vie étudiante
Tag(s) : #Témoignages, #Diagnostic, #Actualité

Partager cet article

Repost 0